Gotan Project, Lunàtico.

gotan_project_lunatico

 

 

                Gotan Project, inclassable, le genre d’artiste qui rend fous les disquaires qui veulent de l’ordre dans leurs bacs. World Music ? Eléctro ? Au diable les classifications ! Gotan Project ose mêler le tango argentin à l’électro et réussi à faire quelque chose de bien ! Pourtant l’idée n’était pas si difficile à avoir mais il fallait du cran pour réussir à mixer deux genres n’ayant apparemment rien en commun. D’un coté de l’acoustique pur limite vieillot pour certain, de l’autre, de la modernité, de l’électronique, des samples ; et un tout qui donne une émotion chaude dont l’électro est parfois dénué.

 

 

                Mais d’abord Gotan Project reste une rencontre entre trois artistes aux horizons différents : Philippe Cohen-Solal, DJ français qui a beaucoup travailler pour le cinéma notamment avec Bertrand Tavernier ou Lars Von Trier ; le suisse Christoph H. Müller, lui aussi amateur des platines et enfin l’argentin Eduardo Makaroff, guitariste et chanteur qui a travaillé pour le cinéma et la télévision. Les deux premiers formèrent d’abord un label (Ya Basta !) avant leur rencontre avec Eduardo et travaillèrent entre autre sur un projet fusionnant l’électro et la musique brésilienne, Boys From Brazil, les influences sud-américaines étaient déjà bien présentes. C’est finalement en 1999 que Gotan Project verra le jour. Pour créer leurs deux merveilleux albums le trio saura s’entourer des artistes faisant partis des meilleurs dans la pratique de leurs arts respectifs ; Gustavo Beytelmann au piano, Nini Flores au bandonéon (accordéon sud-américain), Line Kruse au violon ou encore, et non des moindres, la voix langoureuse de Cristina Vilallonga, …

 

 

gotanproject

 

 

                Ecouter Gotan Project c’est un peu comme faire un voyage à travers le monde entier ; bien que les influences soient très argentines ils n’oublient pas que le tango, comme la plupart des styles musicaux sud-américains, ont prit leurs racines en Afrique ; les percussions jouent un rôle primordiale à coté du chant, du bandonéon, du piano et des cordes…et cela est beaucoup plus accentué dans le second opus, comme si l’idée était de nous faire découvrir encore plus profondément les symboles du métissage sonore de la planète. D’ailleurs toujours dans Lunàtico on remarque aussi une influence Nord-américaine et Européenne plus particulièrement dans la chanson de clôture : « Paris, Texas » (reprise de l’originale de Ry Cooder), où les ambiances piano bar parisienne et cow-boy western se mêlent et s’entremêlent.   

 

 

                Donc comme vous pouvez le voir…Gotan Project…j’adhère !! Mais ! Mais ! Mais ! Une note je me dois de donner !! So j’me lance !!

 

 

                     Musique : 4.4/5

                 Ben oui pour ce genre de groupe je me voyais mal mettre moins…un tel mélange et de si bonne qualité…m’enfin je vais pas me répéter… Je tiens juste a rajouter qu’à titre de comparaison je n’aurais sûrement pas mis une aussi bonne note à leur premier album (La Revancha del Tango)…même s’il est TRES bon, Lunàtico le surpasse car l’électro y est bien mieux utilisée et met d’autant plus en valeur le coté acoustique, ainsi comme ils l’appellent eux-mêmes leur « électrauthentica » est parfaitement équilibrée.

 

                     Paroles : 2.8/5

                 Dommage qu’il n’y a pas plus de quoi mettre une meilleure note dans cette catégorie mais en même temps je me dis que trop de paroles auraient sûrement étouffées l’alchimie… Il y a quelques textes…pas de merveilles mais ils nous permettent de savourer la voix charmante de Cristina Vilallonga…un bonheur…

 

                     Originalité : 5/5

                 J’ai beau chercher je ne vois pas ce qu’il n’y à pas d’original dans cette œuvre, plus j’écoute et plus je découvre de nouvelles choses la magie opère à chaque fois.

 

                     Live : 4.3/5

                 J’ai eu la chance de voir le concert que Gotan Project donnait au Havre le 26 Septembre au Volcan…tout y était…la sensibilité de Cristina qui chante aussi bien en live qu’en studio, très perturbant ; l’ambiance « électrauthentica » avec 7 instruments (piano, bandonéon, 3 violons, violoncelle, guitare) et les deux DJs aux platines. De plus un coté visuel très pointu, les artistes sont tous élégamment vêtus de blanc de plus des vidéos ou clips sont projetées à tous les plans de la scène sur écrans blancs ainsi que des diffusions de certains artistes collaborateurs (les rappeurs de Koxmoz, Cyril Atef (Bum de Bumcello) et Patrice Caratini). Bref un spectacle émouvant à souhait d’autant plus que nous avons eu le droit a une inédite ainsi qu’à deux mixes comprenant des clins d’yeux à Michael Jackson, Abba ou encore Madonna. Si vous en avez l’occasion allez y !!

 

                 Voila, ce qui nous fait un total de 16.5/20…Mais je rajoute un bonus pour la touche féminine sensuelle du groupe qui est d’ailleurs d’autant plus pressente dans le concert avec les charmantes violonistes et Cristina Vilallonga et leurs magnifiques robes blanches qui contrastent avec le chic des hommes.

                 J’arrondis donc au point supérieur…ce qui nous donne 17/20 !

 

                 Vous n’avez plus qu’à courir chez vos disquaires et à trouver le rayon entre l’électro et la World Music pour acheter cet album !!

                 En attendant je me penche sur un nouveau concept nommé Zetmu Project et dirigé par Bob Sinclar, David Guetta et Yvette Horner pour notre futur grand plaisir… (ne sautez pas de joie…c’est po vré…si si je vous ai vu vous sembliez intéressés !!^^ )