How to destroy a relationship... ça pourrait être le titre de l'autobiographie de Powpy, où elle expliquerait comment elle s'est introduite sur naamb pour séditieusement ne rien y écrire et nous faire tous couler AH AH AH. Ou pas.

Non, en fait c'est le titre du dernier album de THE SERVANT, avec son design très étudié version mur moisis d'humidité et papier déchiré on pourrait croire au premier coup d'oeil qu'il s'agit là d'un nouvel album de Radiohead ou Tom McRae. Mais non.

Le coffret s'ouvre en deux (comme mon téléphone portable. Ouais parce que mon portable tout court encore heureux qu'il s'ouvre en deux. Et même que l'ancien il s'ouvrait aussi en deux dans le sens où il faut pas qu'il s'ouvre en deux.) bref, à ma gauche le "livret" à ma droite le "dix".

Le livret m'a fait l'effet d'un "puisqu'on a un public de gamines prépubéres donnons leur un poster, ça les satisfera", pour la peine je l'ai même pas accroché. Je vais avoir 19 ans tout de même.

Le disque lui, comporte un fil qui tournicote comme si on avait gribouillé avec un stylo bille et qu'on avait pas voulu le lâcher. Très Camille staïle.

Bref, tout pour me fâcher. Sans compter le fait que môssieur Dan Black se permette de draguer Milie et pas moi lors de ses concerts normands, je m'apprêtais donc à vous servir une très très mauvaise critique.

Dan Black c'est le chanteur étourdissant et surexcité, nous on a dionysos pour foutre le Dawa aux victoires et eux ils ont ce Freddy Mercury en herbe et en testostérone (y'a pas de mal). Eux ? Les anglais ! Ceux qui ont des trucs super et qui s'aperçoivent jamais que c'est super. C'est pour ça que les ptits Servant font leur beurre im Frankreich et qu'ils sont quasi ignorés dans leur perfide patrie.

Moi j'ai ma théorie : s'ils sont si choyés en France c'est parce que leurs paroles sont compréhensibles. Bah ouais. Il articule super bien Dan. Et pis s'il drague à chaque fois une fille sur deux de ses premiers rangs il s'assure une retraite pépére. Aussi.

Donc voila, je l'ai pas acheté à sa sortie pour toussa. J'ai attendu que le pére Dodu dans sa redingote rougeoyante vienne me le livrer à domicile sous mon épicéa de l'anniversaire de Djizouss.

B000HEVYWW_01__SS500_SCLZZZZZZZ_V40855954_

Première écoute :   

On se dit que ouais effectivement le titre HTDAR est vraiment LE single, il marchera pas comme Orchestra parce qu'il ne posséde pas sa magie et sa mise en abyme mais il a son côté "Je suis le grand méchant single, j'entre dans ton oreille et je m'installe dans une partie non accessible de ton cerveau pour plus jamais m'en aller hinhinhin."

Moi ce que j'aime dans ce titre c'est qu'on y voit un mec dans toute sa mekitude (quoi ? j'ai déjà fait ça pour The strokes, je me répéte et ça commence à se voir sa mère ? Mais je vous tartine les enfants, je vous tartine.), un mec qui quitte pas vraiment sa copine puisqu'il fuie, il recule version chien qu'a pas d'couilles avec des grands yeux mouillés genre "j'suis plus triste que toi mais pourtant c'est moi qui te largue hinhin niquée !!". Les paroles sont intimes et c'est le premier changement que j'observe par rapport à The servant (ils s'étaient pas foulés sur le titre, I know) le prédécesseur et premier vrai big album du groupe.

Dans le second titre Sleep deprivation, on retrouve le grain de folie dans les paroles, celui qu'on retrouve dans le show du groupe sur scéne (enfin, surtout chez le Simiesque chanteur) mais le sujet est toujours très sombre, on comprend pas trop ce qui s'est passé, son labrador a dû mourir dans d'atroces souffrance en abîmant sa Lamborghini et depuis il peut plus dormir. Ou alors c'parce qu'il a fuit devant sa girlfriend mais vous inquietez pas parce que dans l'immonde titre : GIRLFRIEND (I should be your) construit sur le modéle d'une irritante comptine enfantine et single Italien (alors là, je sais pas, amis Italiens, ô usurpateurs de copa del mundo, ce que vous lui avez fait, mais il est en rogne, il veut vous noyer avec son refrain insupportable :

"She says I should be your girlfriend
You should be my boyfriend
We should be together you and me forever
But I just look away
Cause I don't know what to say"

jusqu'à ce que vous chialez la tour de Pise sûrement.), donc dans cet immonde titre il redrague, c'est que ça reva.

Non la perle du disque, le morceau tu te dis "putain vu le titre j'va souffrir" et qu'en fait tu te prends une que-cla dans la gueule c'est Hey, Lou Reed (numéro trois de l'album) une complainte presque Libertinesque dans le "“Yes, New York City's very pretty in the night time, but don't you miss Soho" sens du terme.

Voici un exeutrait :

"With two tape decks and a microphone
I bang on my guitar
Just two tape decks and microphone
And I am a superstar

Hey Lou Reed
Do you hear me?
I don't want to be no one
I dream my dreams
Suck in my screams
I don't want to be no one

Does it get cold and alone
When you're all on your own in NYC?
Lisa say, Caroline says, Candy says she want to be with me

Hey Lou Reed do you hear me? "

Malheureusement je peux pas trop vous en faire part sinon on explose la mémoire du blog. Donc achetez le CD. Une prise de tête pareille sur la staritude peut-être sans lendemain, sur l'idée qu'on se fait de soi tiré entre la modestie et les compliments qui fusent -c'est un probleme quotidien pour moi- surtout lorsqu'on est loin de chez soi et des gens qui sont là pour vous descendre en fléche et vous envoyer des critiques assassines. Familles je vous aime.

Vous l'aurez compris le début d'album raconte les affres d'un jeune homme anglais que personne n'aime at home, même pas sa copine, même pas sa famille, alors il se casse et il est tout perdu mais il finit par demander de l'aide dans un classieux "Save me now" en quatrième position... quant à la suite de l'album, plus gaie je vous rassure, je vous laisse la découvrir. Mais sachez que y'a pas grand chose en commun avec l'explosivité du dernier et que les meilleures chansons sont les "ballades", ça peut décourager.

Perso, je l'écoute en boucle, mais c'est juste dû à la voix magnifique de Dan, à mon attachement tout particulier à sa personne et ses petites fesses et ses sourcils broussailleux et au plaisir qu'ils m'ont donné.

Pour ceux à qui ce groupe ne dit toujours rien je souligne au passage que la musique de Cells un de leur single passé a été multidiffusée dans une oeuvre vidéographique majestueuse (NON PAS LE GENERIQUE DU LOTO BANDE DE TORDUS)(bon si mais jusqu'à lors on était deux à avoir remarqué) je parlais du générique de Sin city, fait d'arme. Mais sans la voix sensuelle et jamais entendue du chevalier blanc Dan Black.) Message subliminal : Dan. J'aime tes chveux.

Notation vite fait : Paroles : 4/5 ; Musique : 3,5/5; Design : 4,5/5 (à cause de le poster); et 5/5 en live (si si au moins) mais c'tait lors de leur derniere tournée ! Ils sont en pleine nouvelle d'ailleurs et passent en février à l'exo 7 de Rouen. Wala. 17/20.

Et pour ça aussi :

Tout commentaire de groupie furibonde sera fustigé.

Retour au silence radio.