Découvrez la playlist N.A.A.M.B avec Starsailor

starsailor_2

Starsailor n'a jamais été un groupe prise de tête.

Des mélodies simples & efficaces, 1 à 2 tubes par albums, 4 albums depuis 2001, année de leur formation.

  • Love Is Here (2001 UK – 2002 dans le monde); n°2 UK, n°129 US
  • Silence Is Easy (2003 UK –2004 dans le monde); n°2 UK (deux chansons étaient produites par le légendaire Phil Spector)
  • On the Outside (2005) n°13 UK
  • All The Plans

(Merci Wiki)

Comme vous le voyez, les Starsailor sont un peu les Poulidor de la Brit-pop, c'est à dire qu'ils ont un foutu mal de chien à sa classer premiers des charts, où que ce soit...
et !
Eeeeet !
Le seul endroit AU MONDE où ils ont décroché la place de number ouane a été LA FRANCE, pour le single Four to the Floor.

Place spéciale dans leur coeur, Paris a été choisie pour être la dernière date de leur tournée européenne... et selon James Walsh, le chanteur (un mélange physique de Vincent Gallo et Andreas Johnson, selon moi-même) "Dernier concert avant très longtemps because the record industry is fucked up"

Elysée Montmartre et sa salle spacieuse, Elysée Montmartre et ses marches casse-gueules, Elysée Montmartre et ses spots aveuglants braqués directement dans les yeux façon Jack Bauer devant Ben Laden.

Le peu de français de James Walsh est irréprochable : il ne prononce même pas le "s" final de Paris. Jolie veste sur chemise rouge à carreaux, jean et cheveux négligemment négligés, le monsieur nous la joue Cobain et c'est pas si mal.

In the Crossfire (sûrement la meilleure de leurs chansons rocks) arrive en deuxième position de la setlist et envoie le bois.

On pourrait croire qu'ils tenteraient une promotion de leur dernier album mais en fait ils sont surtout là pour faire plaisir à leur public et jouer les chansons cultes de leurs débuts et les gros gros tubes...

Théorie prouvée par Four to the Floor, précédé d'un speech de quelques minutes sur "merci la France". Quand la chanson débute tous les quadra présents sautillent gentiment, et puis c'est la folie dans les dernières notes. Quelques applau et une voix s'élève : "LE REMIX !!!!", et le groupe d'enchaîner sur le fameux remix, celui-là même qui les avait hissés sur la première place du podium en France. Là, c'était la folie, le petit concert sympatoche de pop-rock s'est transformé en concert électro-rock de festival, ça sautait et ça dansait, ça bougeait son body all night long.

Puis le quator nous raffraichit avec son fameux : "Don't you know you've got your daddy's eyes / Daddy was an alcoholic"

Cette chanson débute comme une chanson d'amour que pourrait vous sérénadé un mec totalement torché à 5h du mat' en sortie de boîte, mais fort heureusement, Walsh enchaîne de sa voix sans faille : "But your mother kept it all inside / Threw it all away", une de leurs chansons les plus recherchées et touchantes, clip visible ici : http://www.youtube.com/watch?v=5mtyUMsqQbA&NR=1&feature=fvwp

Tell me it's not over (que vous avez pu entendre avant d'éteindre le lecteur ^^) clôt le set de façon royale ! Les garçons y mettent du coeur et le public à force qu'on lui répéte, a lui aussi compris qu'il fallait pump it up, parce que c'était leur dernier concert et qu'ils y tenaient à ce final en beauté.
Pas mal d'émotion au moment de quitter la scène.

Et puis un rappel de folie :

James Walsh en guitare-voix nous sert sa reprise magistrale de Jealous Guy de Lennon, déjà interprétée à Taratata et visible ici : http://video.mytaratata.com/video/iLyROoafttWz.html

Puis Lullaby, et enfin le reste du groupe revient pour les deux dernières chansons.

En conclusion, un concert qui ressemblait fort à un farewell, le groupe ayant de sacrés problèmes avec les ventes de leur dernier album (comme tout le monde, hein...) la maison de disque préfère couper les frais et les prochains concerts, je le crains, seront exclusivement britanniques.

J'aurais vu Starsailor à Paris. J'aurais ri aux blagues sur le roadie encyclopédie vivante des bars irlandais all-over the globe, j'aurais entendu une voix irréprochable et des chansons canons, qui ont le mérite d'être des bandes-sons de la vie de tous les jours, la rendant un peu plus romanesque.

Pour finir je dois vous avouer que je voue un culte à la triade pop UK :  Ash - Starsailor - Snow Patrol (Irlande, Angleterre, Ecosse), et que James Walsh vénérant comme moi le Liverpool F.C

starsailor